24 juin 2018

Miss Charity

113256308

Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver...

Jusqu'à présent, j'étais passée à côté de Marie-Aude Murail, malgré tout le bien que j'entendais sur elle et ses livres. Mais pour une première découverte, je ne suis pas déçue. J'ai adoré me plonger dans les 563 pages de cette biographie fictive de Beatrix Potter ! J'ai adoré redécouvrir l'Angleterre victorienne à travers les yeux de cette enfant solitaire et passionnée de nature qu'est la petite Charity ! J'ai adoré suivre le roman initiatique de cette petite personne jusqu'à l'âge adulte ! J'ai adoré contempler les très jolies aquarelles de Philippe Dumas ! Bref, j'ai eu un gros coup de cœur qui m'a également poussée à aller découvrir d'autres œuvres de l'auteure ! Et je dis un grand merci à ma Sœurcière de m'avoir offert ce livre ! 

Miss Charity de Marie-Aude Murail chez l'Ecole des Lettres (25,20€)

Posté par Kirakira80 à 23:03 - Roman jeunesse - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Miss Charity, mon roman doudou. Quand j'ai un petit coup de mou, hop je me plonge dedans et tout va mieux. Ce bijou truffé de références sur la littérature anglaise du XIXÈME siècle mérite vraiment à être connu.

    Posté par Ortisse, 25 juin 2018 à 00:55

Poster un commentaire