21 juin 2017

Les chiens

liv-9099m-les-chiens

Cameron, un ado qui doit fuir un père hyper violent, s'installe avec sa mère dans une ferme isolée. La maison a été le théâtre d'une tuerie familiale, un demi-siècle plus tôt : un homme a tué sa femme et l'amant de celle-ci et leur petit garçon, Jacky, est mort étouffé dans un coffre, terrifié par les chiens paternels.Cameron enquête sur ce drame, et découvre peu à peu de nombreuses similitudes entre le passé et son histoire personnelle présente. De plus, le fantôme de Jacky apparaît à Cameron...
Un chouette thriller fantastique qui maintient efficacement le suspense et qui se lit d'une traite ! 
Avec en fond, une réflexion sur la violence au sein de la famille bien traitée : les interrogations du héros sur les motivations de sa mère et sur la réalité de ses souvenirs de son père violent sonnent juste et ajoute à l'atmosphère pesante du roman.
Les Chiens d'Allan Stratton chez Milan (14,50€)

Posté par Kirakira80 à 21:55 - Romans ados et jeunes adultes - Commentaires [0]
Tags : , ,

10 juin 2017

Le dernier Songe de Lord Scriven

9782278059508-001-T

En répondant à une annonce d’emploi dans le journal, Christopher Carandini ne s’attendait pas à devoir veiller Arjuna Banerjee, un détective privé aux méthodes peu communes. En effet, celui-ci enquête… en rêvant. On leur confie un jour une enquête très corsée : un meurtre à huis-clos. L’élément le plus étrange ? Leur client, Lord Scriven, est la victime elle-même !
Seulement, cet assassinat amène notre duo à une affaire bien plus
large et dangereuse. Une affaire qui est étroitement liée à des puissances mondiales et à Kreuger, un industriel froid et calculateur, que Carandini a déjà rencontré par le passé. C’est à cause de lui si sa carrière de journaliste s’est brutalement arrêtée. Il tient peut-être là sa vengeance…
Gros gros coup de cœur pour ce roman mêlant habilement policier et fantastique. L'ambiance et les personnages ont un petit goût de Sherlock Holmes avec un brin d'extravagance en plus : on a en effet une relecture intelligente du duo de Conan Doyle où le rationalisme de Holmes est remplacé par le mysticisme d'Arjuna Banerjee et où l'enquête oscille entre rêve et réalité.
Une réussite que vient renforcer une écriture très agréable à lire !
Le dernier songe de Lord Scriven d'Eric Senabre, chez Didier Jeunesse (14,20€)

Posté par Kirakira80 à 22:02 - Roman jeunesse - Commentaires [2]
Tags : , , ,

06 juin 2017

Everything Everything

Everything-everything

"Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l'enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre."

Belle réussite que cette histoire d'amour impossible : si l'on pense au succès de "Nos Etoiles contraires" et autres best-sellers, nul doute que ce récit plaira ! En ce qui me concerne, je l'avoue, j'ai totalement craqué ! 

L'histoire est bien écrite et les personnages sont attachants ; en particulier l'héroïne qui, loin de se laisser décourager par sa situation, l'affronte avec une bonne dose d'humour qui la rend irrésistible.

Riche idées aussi que les illustrations internes qui racontent l'histoire d'une autre manière, pleine de fantaisie.

Everything Everything de Nicola Yoon chez Bayard Jeunesse (16,90€)

Posté par Kirakira80 à 21:47 - Commentaires [2]
Tags : , , ,

05 juin 2017

Agatha

Agatha

Agatha vit seule avec sa mère depuis la mort de son père. Elle s’ennuie. Alors elle lit. Tout ce qui lui tombe sous la main. Surtout des romans policiers. Elle lit, et elle imagine des histoires de meurtre et de disparition.

Livre après livre, rêve après rêve, elle grandit. Paris, l’Égypte : Agatha brûle de voir le monde. Elle a soif de goûter à tout ce que la vie peut lui offrir.

Plus tard, Agatha Miller prendra sa plume pour écrire. Son premier roman policier sera signé Agatha Christie. 

Un livre fort bien écrit qui traite du statut de la femme et les prémices de son émancipation fin XIXe- début XXe à travers le récit de l'enfance de celle qui deviendra Agatha Christie. 

J'ai beaucoup aimé le ton du livre et la personnalité d'Agatha qui est dévoilée ici et je me suis plongée avec délectation dans l'univers que j'aime tant dans Downton Abbey , celui des grandes maisons anglaises.

De plus, le livre fourmille d'allusions aux romans d'Agatha Christie qu'il est drôle de chercher.

Agatha de Françoise Dargent chez Hachette romans (15,90€)

04 juin 2017

Dans le désordre

couv-Dans-le-désordre-620x987

Maintenant que la présélection du prix des Incos est terminée, je peux vous faire partager mes lectures… Et je commence avec un livre à la thématique un peu particulière.
Ils sont sept. 
Sept qui se rencontrent en manif, dans la révolte, dans le désordre, et se lient d'amitié, refusant la vie calibrée et matérialiste que le monde leur impose. Parce qu'ils ont de la colère et de l'amour en reste, ils choisissent de vivre ensemble, joyeusement, en squat et en meute, avec leurs propres règles. Et au cœur de la meute, il y a Jeanne et Basil; qui découvrent l'amour, celui qui brûle et qui transporet, au milieu des copains — et dans l'intensité d'une vie nouvelle et différente. 
Mais la lutte et l'engagement pour une vie "autre" ont un prix, qu'ils paieront très cher… et qui les transformera pour toujours.
Un livre qui présente la jeunesse dans toute sa fougue et toute sa révolte en multipliant les points de vue : l'idéalisme des 7 héros est contagieux et l'on suit leur expérience de vie en communauté avec intérêt… On s'enthousiasme, on s'offusque et on s'émeut ! Bref, difficile de lâcher ce livre bien écrit à l'intrigue bien menée.
Dans le désordre de Manon Brunet, Edition Sarbacane (15,50€)


13 décembre 2015

Rose sous les bombes

51v0WqKzLtL

Rose Justice est une jeune pilote de liaison américaine,qui opère sur le territoire britannique pendant l'été 1944. Capturée par la Luftwaffe, et après avoir refusée de travailler dans une usine construisant des bombes, elle est finalement envoyée dans le camp de Ravensbrück. Emprisonnée avec une française, coupable d avoir épousée un juif, des jeunes-femmes polonaises victimes d'atroces expérimentations nazies et des prisonnières de guerre de l'Armée Rouge, elle va alors se trouver confrontée aux pires atrocités de la guerre. Elle va aussi découvrir que sa survie et plus encore son humanité dépendent de la puissance des liens qu'elle va forger avec des femmes qu'elle n'aurait normalement jamais dû rencontrer…

Un roman fort qui traite, avec un réalisme parfois difficile à supporter mais malgré tout empreint d'une certaine poésie, de la vie des femmes dans le camp de Ravensbrück et de la notion de témoignage et de crime contre l'humanité. Les personnages et les situations sont sublimés par l'écriture particulièrement brillante d'Elisabeth Wein, qui mêle description brutale de l'horreur des camps et poésie anglo-saxonne. Un livre qui résonne comme un témoignage et qu'il me semble important de lire ! 

Rose sous les bombes d'Elisabeth Wein chez Castelmore (16,90€)

 

22 novembre 2015

Perdue et retrouvée

9782221145098

Laurel a été enlevée à six ans alors qu'elle jouait avec sa sœur Faith dans un bac à sable. A l'époque, les médias se sont déchaînés, le public s'est passionné pour l'affaire et la famille a survécu tant bien que mal : les parents se sont séparés et Faith a passé toute sa jeunesse dans l'ombre de cette soeur dont l'absence était au centre de tout. Treize ans plus tard, Laurel réapparaît devant la maison familiale, apparemment libérée par son ravisseur. Ses parents et sa soeurs sont évidemment fous de joie et se plient en quatre pour elle mais Laurel a parfois des comportements bizarres, surtout envers Faith qui fait pourtant tout son possible pour que les choses se passent bien…

Ici, il n'est pas question d'enquête policière mais des conséquences que le retour de la disparue entraîne dans la vie de sa famille. La parole est donnée à la sœur de la victime, celle qui a toujours vécu dans l'ombre de l'absente et qui n'aspire qu'à une chose : avoir enfin une vie normale. Et c'est ce qui rend ce roman si intéressant.

L'écriture est agréable et fluide et l'on a aucun mal à suivre cette histoire et à s'attacher aux personnages, tant les sentiments de cette famille qui a cessé de vivre pendant 13 ans (soulagement, culpabilité, difficultés à trouver sa place…) sont bien traités.

Une bonne surprise que la couverture ne laissait pas forcément présager.

 

Perdue et retrouvée de Cat Clarke chez Robert Laffont (17€)

12 novembre 2015

Là où tombent les anges

 

Là où tombent les anges

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l'épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l'exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C'est l'occasion pour Solange de s'affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s'organisent peu à peu sans les hommes...

Un très beau récit qui, en plus de nous faire découvrir la Première Guerre Mondiale du point de vue des femmes, aborde tout un tas d'autres thèmes : condition de la femme en général et pendant la guerre, conditions de travail et luttes féministes, vie des poilus dans les tranchées, contraste des conditions sociales, maltraitance et violence conjugale, milieux artistiques et culturels de l'époque, homosexualité… En outre, le roman fourmille de références littéraires et culturelles qu'on a envie de découvrir ou de redécouvrir !

L'alternance de récit, de journal intime et de correspondance est bien gérée et le style très agréable à lire.

Enfin, et c'est indéniablement un plus, on constate un grand soin porté à l'édition, avec sa couverture délicate et sa tranche bleue.

Un bel objet, donc, et un récit riche et émouvant !

 

Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet, chez Gulf Stream Editeur (17 €)

11 novembre 2015

Lever de rideau sur Terezin

Lever de rideau

Depuis les premières lois anti-Juifs du régime de Vichy, le dramaturge à succès Victor Steiner se terre dans un petit appartement parisien. Mais un soir, la passion du théâtre est la plus forte : il sort de sa cachette pour assister à la première du Soulier de satin à la Comédie française, et au retour il est arrêté par la police.

Quelques jours plus tard, il embarque dans un train à bestiaux. On lui a pourtant dit qu'il aurait droit à un traitement de faveur... Et, de fait, en pleine nuit, on le fait changer de convoi. Dans ce nouveau wagon, plus un seul Français ; seulement des Juifs allemands. Le traitement de faveur, c'est que Steiner sera déporté dans le camp de Terezin, celui où sont parqués les Juifs "prominenten" - "importants" : artistes, intellectuels, hommes politiques, savants... A première vue, Terezin a tout d'une gentille ville tchécoslovaque : d'élégantes fortifications, des trottoirs bien propres, des parcs et même une église. Mais ses murs cachent la même violence que les barbelés de n'importe quel autre camp. Et, chaque semaine, des listes désignent ceux qui partiront à Auschwitz pour être gazés. A son arrivée, Victor Steiner a la surprise de rencontrer l'un de ses plus grands fans : l'Hauptsturmfürher Waltz, qui est également un passionné de littérature et de culture française, notamment du siècle du Roi Soleil.

Et bientôt, Waltz lui passe commande : une oeuvre inédite, dont l'action se déroulerait au XVIIe siècle, à la cour de Louis XIV... Et Steiner de s'interroger : doit-il céder à la pression de Waltz ou refuser et conserver son intégrité ? 

 

Disons-le franchement, Christophe Lambert (Eh oui ! Je sais… Mais ce n'est pas celui qu'on pense…) a réussi à faire bien plus qu'un énième roman sur les camps de concentration ! Et Dieu sait qu'avec tous les livres jeunesse ayant pour thème la Seconde Guerre Mondiale, ce n'est pas chose aisée ! 

En effet, s'il s'attache à montrer la vie dans le camp de Terezin (un camp dont je n'avais par ailleurs jamais entendu parler) de la manière la plus réaliste possible (comme en témoignent les notes à la fin du livre), il s'interroge également sur la notion de création artistique et sur l'intégrité de l'artiste lorsqu'il est confronté à la dictature. Jouant sur le parallèle entre Steiner, soumis à Waltz, et Molière, soumis à un Louis XIV jeune et exigeant, il décrit les interrogations qu'a tout créateur lorsqu'il se trouve confronté aux demandes d'un puissant. Faut-il refuser de faire des compromis, au risque de ne jamais connaître le succès ou d'y perdre la vie, ou faut-il mettre son art au service d'une œuvre de commande ? C'est la question à laquelle l'auteur essaie de répondre avec brio.

Le tout est très bien écrit et vraiment agréable à lire, malgré le caractère difficile de certaines scènes mais comment pourrait-il en être autrement dans un camp de concentration ? Certaines scènes sont brutales et mettent en lumière la violence des nazis mais ce n'est jamais gratuit. 

Enfin, dernière bonne idée : Christophe Lambert a joint à son roman la pièce de théâtre en alexandrins que Steiner est censé écrire au cours de l'histoire.L'exercice de style est réussi et la pièce qui met en scène un jeune Molière, partagé entre son désir de faire plaisir au roi et son respect pour un mentor qui n'a jamais fait de compromis. C'est une belle idée ! 

Une jolie réussite donc et l'on aimerait lire plus souvent des livres qui allient aussi bien roman historique et réflexion sur l'acte de création ! 

 

Lever de rideau sur Terezin de Christophe Lambert chez Bayard Jeunesse (14,90 €)

09 novembre 2014

Le Val de la Morte embrassée

Je profite de la présélection du prix des Incrruptibles pour souffler sur la poussière qui envahit mon blog depuis plus d'un an. La présélection de l'an dernier ayant été assez décevante, je n'avais pas eu le courage de le relancer, mais celle de cette année a l'air mieux partie. Du coup, autant vous en faire profiter ! 

Valdelamorteembrasseacutee_zpsc7196919

Jubela, une jeune journaliste, ne croyait pas aux contes de fée avant de rencontrer Lord Denholm, ancien magnat de la presse aujourd'hui retranché dans son manoir. Alors qu'il lui accorde une interview exclusive, Lord Denholm lui dévoile son secret : il est un Eveilleur, un individu capable de ramener une morte à la vie par un simple baiser… En bref, il se présente comme le dernier prince charmant…
Le lendemain de cette révélation, il est retrouvé mort. Jubela se lance alors dans sa propre enquête…

Voilà une relecture intéressante du mythe du prince charmant, sous forme d'enquête policière. L'intrigue est plutôt bien menée et sert d'alibi à la visite de trois villes qui font rêver : Londres, Paris et Prague… Trois villes que l'on découvre au fil des pérégrinations de l'héroïne. C'est aussi l'occasion de découvrir ou de redécouvrir la peinture de Turner qui se trouve mise à l'honneur dans ce roman avec l'invention d'un tableau inconnu qui serait l'œuvre du maître, le Val de la Morte embrassée.
Ce sont donc plusieurs univers qui se mêlent dans ce roman : celui des contes de fée, à travers l'histoire du prince charmant, bien sûr, mais aussi du conte de la Princesse et du Forgeron auquel il est fait allusion plusieurs fois ; celui de la peinture romantique avec l'œuvre de Turner et enfin celui du roman policier avec ses crimes et ses courses poursuites à travers l'Europe, le tout servi par une écriture agréable et par une couverture plutôt réussie (ce qui n'est pas donné à tous les romans jeunesse que j'ai à lire cette année).

 

Le Val de la Morte embrassée de Michel Honaker chez Flammarion (13€)

Posté par Kirakira80 à 22:09 - Commentaires [3]
Tags : , ,